mercredi 14 décembre 2016

"Up or out", est-ce vraiment la question ?

Sébastien Stenger a obtenu pour  sa thèse de doctorat en sciences de gestion le prix Le Monde de la recherche 2016.


Dans son article de présentation (Le Monde du 23 novembre 2016) il présente son analyse du système "Up or out" en vigueur dans les Big Fours : "...ces cabinets favorisent en interne une vie courtisane où la capacité à réseauter et à manipuler les relations informelles est essentielle pour faire carrière;[...]. Dans cette « arène », les compétences techniques et la performance objective, difficilement mesurable, ne suffisent pas à attirer les regards sur soi. En revanche, le diplôme, les alliances tissées entre collègues, la manifestation d’un engagement corps et âme dans le travail sont des critères importants pour se différencier".

L'auteur a effectué un stage de 3 mois dans la branche Audit de l'un de ces grands cabinets. Il reconnait tout de même dans son interview par le site EchoRadar  que son " stage s’est plutôt bien déroulé : à ce poste, les managers et l’entreprise semblent préoccupés de garantir aux stagiaires, encore étudiants en école, un équilibre de travail convenable " tout en étant troublé par les exigences en termes de charge de travail et de délais des périodes de clôture des comptes.

Mes 10 passionnantes années passées dans la branche Conseil d'un grand cabinet m'autorisent tout de même à formuler 3 remarques. 
  1. Les journées de charrette - comme on dit dans les cabinets d'architecture - constituent des contraintes incontournables pour la réalisation des missions demandées aux cabinets. Il m'a semblé qu'en dehors des périodes de clôtures, la charge de travail demandée à mes collègues auditeurs était nettement plus raisonnable.
  2. Pour M. Stenger, dans ces cabinets, l'esprit courtisan primerait sur la compétence... C'est une manière de voir les choses, fruit de son propre système de représentation comme disent les coachs. Mais dans d'autres systèmes de représentation, tout aussi légitimes, "la capacité à réseauter", "les relations informelles",  "les alliances tissées entre collègues" renforcent la cohésion du groupe . 
  3. Enfin le comportemental - le savoir-être -, dans toutes les sociétés humaines, est un facteur de performance au moins aussi nécessaire que les compétences - le savoir-faire -. La prestation d'un  expert incapable de créer de l'empathie avec son équipe et ses clients ne peut objectivement pas être performante.
 Benoit DUCHANGE - décembre 2016
 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire